.

Quels sont les liens entre l’association La Rue Tourne et le dispositif scolaire de lutte contre le harcèlement à l’école ?

.

En premier lieu les missions de sensibilisation menées par l’équipe dans les établissements scolaires, école et collège. Depuis plusieurs années ils sont amenés lors de leurs interventions à rencontrer le public scolaire mais aussi des comportements qui peuvent évoluer notamment d’un environnement à l’autre. Les écoles classées en REP étant objectivement plus exposées aux phénomènes de violence.

Le mot est lâché la violence… Sans vouloir noircir le tableau la violence est un point commun entre les relations entre pairs à l’école et dans la société de manière générale. La violence scolaire n’est-elle pas le reflet d’une société individualiste qui ne cherche plus qu’à mettre des « pansements » sur les maux de la société comme l’enseignante sur les blessures des enfants écorchés dans la cour de récréation ?

Le second facteur est l’isolement. L’isolement des personnes sans abris et l’isolement de l’enfant harcelé qui devient la cible des quolibets et des attaques de différentes natures.
La seule solution dans les deux cas repose sur un effort de solidarité, tendre la main aux nécessiteux pour leur apporter un réconfort relationnel et matériel, tendre la main au camarade victime de violence pour qu’elle cesse…
Je remercie Agy, Sonia et Hassen pour leur intervention de ce jour dans mon école et je salue l’engagement bénévole d’Agy qui met ses compétences de photographe au service de cette cause et pour faire écho au slogan que nous avons choisi, pourvu que l’homme ne soit pas un loup pour l’homme…

Danielle Lemaire, professeur des écoles, Seine-Saint- Denis