La Rue Tourne à la rencontre des collégiens de Saint-Ouen

Le 15 avril dernier, Agy et Gilles sont partis à la rencontre d’une classe de 3 e au collège afin d’évoquer avec les élèves les problématiques que rencontrent les sans-abri dans leur vie de tous les jours. Un moment d’échanges enrichissants d’un côté comme de l’autre.

L’objectif de cette intervention en milieu scolaire, la deuxième dans cette classe dirigée par Mme Bordeaux, est de sensibiliser les plus jeunes aux difficultés rencontrées par les sans-abri dans leur vie en général. Une initiative qui a reçu un retour positif de la part des adolescents qui se sont montrés très attentifs et intéressés. « On se dit toujours qu’on est jeune et qu’on n’est pas concerné parce qu’on a nos parents. On pense que ça ne peut pas nous arriver, du coup c’est bien de venir nous en parler », a confié l’une des collégiennes.

Pendant une heure, elle et ses camarades ont posé de nombreuses questions auxquelles Agy et Gilles ont répondu. Entre interrogations et étonnements, ils ont également appris le nécessaire à avoir lorsque l’on se retrouve en situation de survie (sac de couchage, chiens, photos de famille, etc.).

« Avec un peu de jovialité, on peut atteindre des objectifs assez nobles »

Les jeunes ados ont aussi appris la fameuse règle des trois (3 secondes d’inattention, 3 minutes sans oxygène, 3 heures exposé aux éléments naturels, 3 jours sans boire, 3 semaines sans manger). Une règle symbolique qu’il est important de connaître pour éviter tout danger. Tout comme celle des « 5c » : contenant, coupant, corde, couvrant et combustible. Tous à l’écoute, ils ont pris des notes et ont semblé très intéressés.

Un intérêt qui a d’ailleurs fait très plaisir aux deux protagonistes, heureux et fiers de cette matinée. « J’espère qu’ils en garderont un bon souvenir. C’était hyper intéressant, ils ont joué le jeu. Les messages sont bien passés, surtout l’idée de casser l’image qu’ils avaient du sans-abri », s’est satisfait Gilles, qui avait de l’appréhension avant d’intervenir. « Avec un peu de jovialité, on peut atteindre des objectifs assez nobles » ajoute-t- il.

L’appel de Londres

Même son de cloche du côté d’Agy, heureuse d’avoir pu partager ce moment. « On a réussi à faire un truc chan-mé et cool. On avance dans la sensibilisation et c’est que du bonheur. Et preuve que ça a fonctionné, des élèves de Mme Bordeaux m’ont contactée pour faire des maraudes. » Désormais, elle ne compte pas s’arrêter là. L’objectif est de poursuivre sur cette lignée. Et la prochaine sensibilisation en milieu scolaire se fera cette fois de l’autre côté de la Manche, en Angleterre. « Le round 1 a marché en France, j’ai hâte de voir ce que cela va donner à Londres à présent », a confié Agy. Le rendez-vous est pris pour mi-juin.

Saïd El Abadi